الاحد 13 صفر 1443 هـ
آخر تحديث منذ 54 دقيقة
×
تغيير اللغة
القائمة
العربية english francais русский Deutsch فارسى اندونيسي اردو Hausa
الاحد 13 صفر 1443 هـ آخر تحديث منذ 54 دقيقة

السلام عليكم ورحمة الله وبركاته.

الأعضاء الكرام ! اكتمل اليوم نصاب استقبال الفتاوى.

وغدا إن شاء الله تعالى في تمام السادسة صباحا يتم استقبال الفتاوى الجديدة.

ويمكنكم البحث في قسم الفتوى عما تريد الجواب عنه أو الاتصال المباشر

على الشيخ أ.د خالد المصلح على هذا الرقم 00966505147004

من الساعة العاشرة صباحا إلى الواحدة ظهرا 

بارك الله فيكم

إدارة موقع أ.د خالد المصلح

×

لقد تم إرسال السؤال بنجاح. يمكنك مراجعة البريد الوارد خلال 24 ساعة او البريد المزعج؛ رقم الفتوى

×

عفواً يمكنك فقط إرسال طلب فتوى واحد في اليوم.

Mettre l’intention.

مشاركة هذه الفقرة

Mettre l’intention.

تاريخ النشر : 1 جمادى آخر 1435 هـ - الموافق 02 ابريل 2014 م | المشاهدات : 1090

Mettre l’intention. استحضار النية

La louange est à Allah, que la prière, la paix et la bénédiction d’Allah soit sur Son Prophète, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

Ceci étant dit,

Il y a consensus des gens de science autour de l’obligation de mettre l’intention pour prier, la prière ne pouvant être valable sans intention. C’est ce que nous rapporte plus d’une personne parmi les savants. La base de ceci, c’est la parole du Prophète (r) :

 « En réalité, les actes ne valent que par leurs intentions. Et chacun aura [sa rétribution] selon son intention. »

D’après ce qu’ont rapporté Al-Bukhârî et Muslim du hadith de cUmar Ibn Al-Khattâb (t). Les savants ont divergé au sujet de faire précéder la prière par l’intention en trois avis :

Le premier : Il est permis de mettre l’intention avant le takbîr d’ouverture de la prière (takbîrat-ul-‘ihrâm), même si c’est bien avant, tant que rien ne l’en détourne. C’est la doctrine de l’imam Mâlik, comme le rapporte Ibn cAbd Al-Barr dans le Kâfî (p 39) : « Selon la doctrine (madh-hab) de l’imam Mâlik, celui qui souhaite accomplir sa prière ou bien se rendre à la mosquée l’accomplir, il est sur son intention, même si elle s’en va de son esprit, jusqu’à ce qu’il s’en détourne pour autre chose. »

Les textes rapportés de l’imam Ahmad sont sensiblement identiques, il fut interrogé sur celui qui quitte son domicile le Vendredi en mettant l’intention [de prier], ce à quoi il répondit : « Le fait qu’il sort de chez lui est une intention. » Puis il ajouta : « Si l’homme sort de chez lui, c’est son intention. Penses-tu qu’il puisse prononcer le takbîr sans intention de prier ?! »

Cheikh Al-Islam Ibn Taymiyyah a dit, après avoir évoqué les propos qui ont été rapportés de l’imam Ahmad, dans son recueil de fatwas (22/229) : « Et c’est pour cette raison que ses plus grands partisans tel qu’Al-Kharaqî et d’autres, ont dit qu’il était permis de mettre l’intention avant le takbîr d’ouverture de la prière et ce dès l’entrée du temps de la prière. »

Le second : Il est permis de mettre l’intention avant le takbîr d’ouverture de la prière si c’est un court moment et tant qu’il ne l’annule pas. C’est l’avis de l’école hanafite et hanbalite.

Le troisième : Il n’est pas permis de mettre l’intention avant le takbîr d’ouverture de la prière, mais il est obligatoire qu’elle soit présente en même temps que ce takbîr. C’est l’avis de l’école Chaféite. Cet avis contient une gêne, une pénibilité et une difficulté évidente. Ibn Hazm a dit : « Il n’est pas permis de séparer l’intention du takbîr d’ouverture de la prière, mais il est obligatoire qu’ils soient liés sans qu’il n’y ait le moindre intervalle entre les deux, ni petit ni grand. »

Ce qui me paraît être l’avis dominant parmi ces trois avis, c’est celui de l’imam Mâlik et sur lequel Ahmad a écrit : Il est permis de mettre l’intention avant le takbîr d’ouverture de la prière, même si c’est bien avant, tant que rien ne l’en détourne ou ne l’annule.

Si le but de l’intention est de distinguer une action d’une autre, cela ne peut se réaliser qu’avec une intention qui précède l’acte. Donc si elle n’est pas annulée ou détournée vers autre chose, elle reste liée par la règle, tant que la personne n’a pas l’intention de l’interrompre. C’est pour cela que si l’intention est oubliée ou qu’elle s’en va de son esprit au cours de la prière, ceci n’a pas de conséquence sur sa validité, Cheikh Al-Islam Ibn Taymiyyah a rapporté l’unanimité à ce sujet dans Sharh Al-cUmdah (p 387), ainsi que cet avis, qui est la permission de mettre l’intention avant le takbîr d’ouverture de la prière, même si c’est bien avant et c’est ce qui paraît être son choix. Et Allah est plus Savant.

 

مواد ذات صلة

مواد تم زيارتها

التعليقات (0)

×

هل ترغب فعلا بحذف المواد التي تمت زيارتها ؟؟

نعم؛ حذف