الاربعاء 9 شعبان 1441 هـ
آخر تحديث منذ 14 دقيقة
×
تغيير اللغة
القائمة

نموذج طلب الفتوى

لم تنقل الارقام بشكل صحيح
×

لقد تم إرسال السؤال بنجاح. يمكنك مراجعة البريد الوارد خلال 24 ساعة او البريد المزعج؛ رقم الفتوى

×

عفواً يمكنك فقط إرسال طلب فتوى واحد في اليوم.

Est-ce que cette façon d’accomplir la prière du witr durant le Ramadan est correcte ?

مشاركة هذه الفقرة

Est-ce que cette façon d’accomplir la prière du witr durant le Ramadan est correcte ?

تاريخ النشر : 1 جمادى آخر 1435 هـ - الموافق 02 ابريل 2014 م | المشاهدات : 1237

Est-ce que cette façon d’accomplir la prière du witr durant le Ramadan est correcte ? هل هذه الصفة صحيحة للوتر في رمضان

La louange est à Allah, que la prière, la paix et la bénédiction d’Allah soit sur Son Prophète, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

Ceci étant dit,

La façon de faire la prière du witr décrite dans la question, c’est-à-dire trois unités de prières à la suite avec deux tashah-hud et une seule salutation, c’est la doctrine de l’imam Abû Hanîfah, selon lui la prière du witr n’est correcte que si elle est accomplie de cette manière. Il a contredit en cela l’ensemble des savants parmi les Compagnons (y), ceux qui les ont suivis et ceux d’après tels Mâlik, Ash-Shâficî et Ahmad. Il a argumenté sont avis par des preuves dont la plus claire est ce qu’a rapporté Muhammad Ibn Kacb Al-Qaradhî selon lequel le Prophète (r) a interdit la prière tronquée (al-butayrâ’). Ainsi que ce qui a été rapporté d’après Abû Sacîd (t) qui relate que le Prophète (r) a interdit de pratiquer al-butayrâ’, c’est-à-dire que la personne prie une seule unité de prière en guise de witr. Le premier hadith est considéré comme faible par An-Nawâwî, qui dit dans Al-Khulâsah :

 « Le hadith de Muhammad Ibn Kacb Al-Qaradhî selon lequel le Prophète (r) a interdit la prière tronquée (al-butayrâ’) est un hadith faible détaché (dacîf mursal). »

Ibn Hazm a dit dans Al-Muhhlâ (3/48) :

« Il n’est pas rapporté de manière authentique que le Prophète (r) a interdit la prière tronquée (al-butayrâ’).

Ibn Al-Qayyim a dit dans Aclâm Al-Mawqicîn (2/269) :

 « On ne connaît pas de chaîne de transmission à ce hadith, qu’elle soit authentique ou faible. Il ne fait en rien partie des livres de hadith sûrs. »

Même si le hadith était authentique il ne désigne pas ce que lui en a compris. Ibn Al-Qayyim a dit dans Aclâm Al-Mawqicîn (2/269) :

« Et même si le hadith était authentique, la prière tronquée (al-butayrâ’) est une prière dont l’inclinaison ou la prosternation est tronquée, il n’y a pas de quiétude dans cette prière. »

Ibn Hajar a dit dans Fath Al-Bârî (2/486) :

« Il est possible que le sens voulu par prière tronquée (al-butayrâ’) soit le fait d’accomplir une seule unité de prière, sans rien qui la précède, ce qui est plus global que le fait qu’elle soit liée ou séparée.  

La majorité des savants considèrent qu’il est permis d’effectuer le witr en trois unités de prière et une seule salutation, comme la Sunnah l’indique. Certains sont d’avis qu’il est détestable dans ce cas, de s’assoir à la deuxième unité de prière pour accomplir le tashah-hud, du fait de la ressemblance avec la prière du maghrib, ce qui est défendu ; comme le rapporte Abû Hurayrah (t) qui relate que le Prophète (r) a dit :

« N’accomplissez pas la prière du witr en trois unités, vous la feriez ressembler à celle du maghrib, accomplissez-la plutôt en cinq ou sept [unités]. »

Rapporté par Al-Hâkim et Ibn Hibbân dans leurs Sahîh. Il a été aussi rapporté par Ad-Dâraqutnî qui dit de lui : « Sa chaîne de narration est entièrement composée de personnes sûres (thiqât) ». Al-cIrâqî a dit : « Sa chaîne de transmission est authentique, il est possible que cet interdit s’applique à l’accomplissement du witr en trois unités de prière avec deux tashah-hud, ou encore que l’interdit signifie ici le caractère détestable, ce dernier étant selon moi plus exact, car l’interdit porte sur le nombre textuellement ; et ce qui détourne l’interdit vers le caractère détestable ce sont les textes qui nous sont parvenus et qui prouvent sa permission soit textuellement soit en apparence.

Concernant ce que tu as cité au sujet de l’invocation du qunût juste avant l’inclinaison, l’affaire est vaste, cela a été rapporté de nos prédécesseurs parmi les Compagnons (y) et les tâbicûn. De même pour le takbîr avant de débuter le qunût, cela a été évoqué par Ibn Abû Shîbah, dans son ouvrage, d’après Ibn Mascûd (t) avec une chaîne de narration qui contient une faiblesse. L’imam Mâlik l’a réprouvée en disant dans Al-Mudâwanah (1/192) :

« L’homme accomplit l’invocation du qunût le matin juste avant l’inclinaison et ne prononce pas de takbîr. ».

De même l’imam Ash-Shâficî a dit dans Al-‘Umm :

 « Ce takbîr rajouté dans la prière n’est confirmé ni par une origine ni par analogie. »

Et ce qui semble correct c’est qu’il n’est pas légiféré, en effet concernant les adorations, la base est de s’abstenir [tant que l’on n’a pas de preuve].

Concernant ta question de savoir si vous pouvez continuer à prier derrière ceux qui accomplissent le witr selon la description citée, en sachant que vous êtes Chaféites et que vous désirez prier derrière les gens de la Sunnah ; sache, qu’Allah te bénisse, que les Hanafites font partie des gens de la Sunnah par la grâce d’Allah. Et même ce que nous avons cité comme divergence, cela entre dans la doctrine des gens de la Sunnah. Mon avis est que tu continues à prier avec eux, en suivant ce qu’ils font, il n’y a aucun mal en cela, c’est plutôt obligatoire. C’est ce qui était coutumier à l’époque dans les actions de nos prédécesseurs parmi les Compagnons (y) et ceux qui les ont suivis. Ils n’ont pas cessé de diriger la prière les uns des autres, malgré leurs divergences, même en ce qui concerne la prière elle-même, dans ses conditions et ses obligations. Ibn Qudâmah a dit dans Al-Mughnî (3/23) :

« S’il prie derrière un imam qui accomplit les trois unités avec une seule salutation finale, il le suit pour ne pas être en contradiction avec son imam, ceci étant l’avis de Mâlik. Et Ahmad a dit dans une version rapportée par Abû Dâwûd concernant celui qui accomplit le witr en effectuant la salutation au bout de deux unités et qu’en raison de cela les gens de la mosquée le détestent :

« Il serait bien qu’il accomplisse ce qu’ils veulent, c’est-à-dire que ceci est simple et que cela ne cause pas du tort d’être en accord avec eux sur ce point »

Et Ahmad a dit concernant celui qui prie derrière un imam qui est d’avis que l’on peut pratiquer le qunût lors de la prière du fajr sans restriction, qu’il le suit en cela et qu’il doit dire âmîn à ses invocations.

Cheikh Al-Islam Ibn Taymiyyah a dit dans son livre Al-Ikhtiyârât (p70) :

« Lorsque l’imam accomplit une action dans laquelle il est permis l’effort d’interprétation, celui qui prie derrière lui le suit en cela, comme par exemple l’invocation du qunût lors de la prière du fajr ou l’accomplissement du witr sans séparation. Et si celui qui ne voit pas que l’on puisse pratiquer ainsi le qunût dirige en prière celui qui est d’avis que l’on peut, alors ce dernier devra suivre l’imam dans son délaissement du qunût. »

Et il a répondu dans Al-Fatâwâ Al-Kubrâ à une question similaire à la tienne en disant (2/240-241) en conclusion de sa réponse :

« Ce qui est exact, c’est que si l’imam accomplit une action qui nous est parvenue au travers de la Sunnah et qu’il a accomplit le witr d’une des manières citées, celui qui prie derrière lui est tenu de le suivre en cela. »

Et Allah est plus Savant.

Votre frère

Khâlid Ibn cAbd Allah Al-Muslih

18/09/1424 H

 

التعليقات (0)

×

هل ترغب فعلا بحذف المواد التي تمت زيارتها ؟؟

نعم؛ حذف