Demande de formulaire Fatwa

Mauvais captcha
×

Envoyé et sera répondu

×

Désolé, vous ne pouvez pas envoyer plus d'une fatwa par jour.

ِLes ventes et les transactions / Faire de la monnaie de billets exige t il que cela se fasse de main en main

Faire de la monnaie de billets exige t il que cela se fasse de main en main

date de publication : 2014-06-01 | Vues : 1836
EN
- Aa +

Faire de la monnaie de billets exige t il que cela se fasse de main en main هل يجب الحلول والتقابض في فك العملات الورقية

La louange est à Allah, que la prière, la paix et la bénédiction d’Allah soient sur Son Prophète, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.   Ceci étant dit,   Concernant l’obligation que l’argent soit de même nature et que cela se fasse de la main à la main, lorsque l’on fait de la monnaie sur une devise du même genre : que ce soit faire de la monnaie à partir de billets pour obtenir des plus petites coupures, comme par exemple échanger un billet de dix riyals conte dix billets de un riyal ou deux billets de cinq riyals ou autre ; ou que ce soit faire de la monnaie à partir de billets pour obtenir le même montant en pièces, les savants contemporains ont trois avis sur la question :   Le premier : Il est obligatoire que l’argent soit de même nature et que cela se fasse de la main à la main, pour faire de la monnaie, que ce soit à partir de billets pour obtenir d’autres billets, ou à partir de pièces pour obtenir d’autres pièces, ou encore à partir de billets pour obtenir des pièces. C’est l’avis de la majorité.   Le second : Il n’est pas obligatoire que l’argent soit de même nature et que cela se fasse de la main à la main, dans cette situation, il est permis de le différer.   Le troisième : Il n’est pas obligatoire que l’argent soit de même nature et que cela se fasse de la main à la main, dans cette situation, sauf qu’il n’est pas permis de le différer. Et c’est l’avis de cheikh Sacdî.   L’avis le plus correct parmi eux est qu’il n’est pas obligatoire que l’argent soit de même nature et que cela se fasse de la main à la main, dans cette situation, il est permis de le différer. Et ceci que l’on considère que les billets de banque ont remplacé l’or et l’argent comme c’est la doctrine de la majorité ou que l’on considère que son statut est celui des espèces du fait que ce soit de la monnaie, comme c’est l’avis d’un groupe, ceci n’empêche pas de différer la transaction de faire de la monnaie. Car cette transaction, sous toutes ses facettes, est une transaction de bienfaisance, d’aide, ce n’est pas un contrat de compensation.   Le fait qu’il y ait un échange entre les deux contractants n’implique pas de compensation vu qu’elle n’est pas visée. Les jurisconsultes définissent l’emprunt comme un échange d’argent à l’attention de celui qui en profitera et qui rendra l’équivalent, il est unanimement admis que le remboursement différé est permis, alors que c’est un échange. Car il n’y a pas d’intention de compensation. Faire de la monnaie est identique, c’est un échange fait à titre gracieux donc cet échange n’est pas tenu par les obligations qui lient les compensations. La règle fondamentale jurisprudentielle stipule qu'il faut considérer les objets des contrats.   Quant à l’avis que ceci est un change (car il y a échange) et qu’il faut y appliquer les règles qui régissent les changes, sans s’intéresser au but de cette opération commerciale : cela impliquerait la gêne et la difficulté dans les transactions des gens, alors que la législation islamique est venue pour enlever et repousser une telle gêne. La législation islamique n’interdit pas ce dont les gens ont besoin dans les transactions. On ne peut interdire quoi que ce soit de cela qu’en apportant un texte clair. Et effectivement, les textes de la législation islamique permettent certaines transactions qui contiennent une forme d’interdit se préoccupant ainsi du besoin des gens et repoussant la gêne. C’est le cas par exemple de la permission de vendre des fruits encore sur l’arbre (al-curyah) ainsi que la permission de donner des récompenses à celui qui accomplit telle ou telle chose (jacâlah)[1] et autres ; donc faire de la monnaie fait partie de ce genre de transactions.     Votre frère Dr Khâlid Al-Muslih 29/02/1435 H     [1]Comme par exemple promettre une récompense de 100 riyals pour celui qui retrouve une monture égarée, on ne sait pas le travail qui va en découler ni le temps que cela prendra.

Commentaires (0)

×

Voulez-vous vraiment supprimer les éléments que vous avez visités?

Oui, supprimer