Demande de formulaire Fatwa

Mauvais captcha
×

Envoyé et sera répondu

×

Désolé, vous ne pouvez pas envoyer plus d'une fatwa par jour.

Le jeûne et la retraite rituelle. / L'exercice de professions pénibles et la rupture du jeûne

L'exercice de professions pénibles et la rupture du jeûne

date de publication : 2014-06-03 | Vues : 2181
- Aa +

Est ce que la personne qui a des difficultés à jeûner étant donné le caractère pénible et endurant de son travail peut rompre le jeûne? هل يجوز الفطر لمن عمله شاق ويصعب عليه الصيام؟

Les louanges appartiennent à Allah, que la prière et la paix soient sur Son Messager, les proches et les compagnons de ce dernier.      En réponse à ta question et Allah est Celui qui octroie la réussite: Allah, exalté soit-Il, a rappelé dans Son Livre une règle générale concernant la législation, les commandements, les interdits et les prescriptions lorsqu‘Il dit: { Et, craignez Allah comme vous le pouvez} ( 64/16). Le takleef (qualité de l'individu à être responsable de ses actes) répond de cette règle. {Allah ne charge pas une âme d'une charge plus lourde qu'elle ne peut porter} (2/286), {Allah n'impose à personne que selon ce qu'Il a donné} (65/7). Cette règle fait l’objet d'un consensus chez l'ensemble des savants. Ainsi, Allah a rendu la ‘’capacité’’ sujette à une considération particulière dans l’accomplissement du jeûne. Allah dit:{ Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu'avec grande difficulté il y a une compensation nourrir un pauvre} ( 2/184). Ce verset fait mention de ceux qui peuvent le supporter mais avec difficulté; on en déduit, alors, que ceux qui en sont incapables dépendent, quant à eux, d’un jugement qui leur est propre. Concernant les travaux endurants et pénibles, cela reste subjectif. Il n'y a pas de paramètres communs permettant de décrire avec certitude et précision qu'un travail est pénible ou non. Il se peut qu'il soit éprouvant pour une personne et non pour une autre. En effet, certains peuvent travailler sous le soleil, dans des usines de fonte, des fours etc... Cela est concevable mais la pénibilité de ces activités restent subjectives, propres à  tout un chacun. Celui qui a l'habitude d'une chose n'est pas comme celui qui est novice dans cette dernière. Répondre à la question posée par un jugement général et exclusif ne serait pas juste. C'est pourquoi on dira plutôt: A la base, Allah a ordonné le jeûne à l'ensemble des croyants: {O les croyants! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous…} (2/183) et Il dit: {Donc, quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne!}(2/185) Ce commandement s'adresse à l'ensemble des croyants. Allah, a excusé certaines catégories de personnes en disant: {Quiconque d'entres vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d'autres jours} (2/184) et: {Et quiconque est malade ou en voyage alors qu'il jeûne un nombre égal d'autres jours.} (2/185) Seules les personnes excusées sont celles à qui Allah a permis de ne pas jeûner.   Donc, celui qui exerce un travail éprouvant et d'une pénibilité inhabituelle, que cette dernière rend le jeûne dangereux voir mortel et qu'il ne peut se passer de ce travail, ou modifier ses horaires alors il lui est autorisé, dans ce cadre précis, de ne pas jeûner. Les jurisconsultes- qu'Allah leur fasse miséricorde-et plus spécifiquement ceux de l'école hanbalite rappelèrent que ceux qui exercent une profession pénible et endurante dont ils ne peuvent se dispenser sont autorisés à ne pas jeûner. Et cela montre que ce commandement (celui du jeûne) ne fait pas exception à la généralité de la règle mentionnée quant à la prise en considération de’’ la capacité‘’ dans l‘établissement du jugement. S'il lui est permis de ne pas jeûner alors Allah dit à ce sujet: {Quiconque d'entres vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d'autres jours} (2/184).  Il n'y a pas de doute qu'il se doit de rattraper ce jour lorsqu'il en sera capable, lorsque le temps s'adoucie, que les journées se raccourcissent. Cela dit, il faut rappeler que le besoin de rompre le jeûne peut naitre d'une forte opinion, elle peut s’avéré vérifiée comme elle peut être imaginaire ou infondée. Alors, le croyant ne doit pas nouer l’intention de rompre le jeûne dèsle début mais il doit, plutôt, nourrir la ferme volonté de jeûner comme l'ensemble des musulmans. Puis, s'il vient à  rencontrer une difficulté, peine ou fatigue alors dans ce cas Allah ne charge pas une âme de plus qu'elle ne peut porter, craignez Allah comme vous pouvez. Une fatwa de Cheikh 'Ab-Allah Ibn Houmayd et de 'Ab-l-'Aziz Ibn Baz- qu'Allah leur fassent miséricorde- furent émises à  ce sujet, ils stipulèrent  que si des travailleurs dans des domaines pénibles commencent le jeûne et qu'ils éprouvent du mal  à jeûner alors il leur est permis d'interrompre le jeûne si la pénibilité, la gène engendrée par ce travail est inhabituelle de sorte que la poursuite du jeûne pourrait engendrer sa perdition ou lui causer un fort préjudice. Dans ce cas, ils peuvent rompre leur jeûne suivant l'autorisation stipulée par la généralité du dire d'Allah: {Et, craignez Allah comme vous le pouvez} (64/16) ou encore:{ Quiconque d'entres vous est malade ou en voyage devra jeûner un nombre égal d'autres jours} (2/184). Mais on ne doit pas faire une généralité en déclarant que celui qui exerce un travail pénible n'a pas à jeûner. Une telle affirmation pourrait ouvrir la porte du laxisme à  de nombreuses personnes qui délaisseraient le jeûne du fait des difficultés et peines qu'ils éprouvent dans leur travail alors qu'ils sont en capacité de gérer leurs affaires de sorte à concilier entre les intérêts religieux et leur vie quotidienne.

Commentaires (0)

×

Voulez-vous vraiment supprimer les éléments que vous avez visités?

Oui, supprimer