Запрос формы Fatwa

Неправильная капча
×

Отправлено и будет дан ответ

×

Извините, вы не можете отправлять более одной фетвы в день.

La prière / Le jugement des paroles concernant les affaires de ce bas-monde à l’intérieur de la m

Le jugement des paroles concernant les affaires de ce bas-monde à l’intérieur de la m

Дата публикации : 2014-04-02 | Просмотры : 2139
- Aa +

Le jugement des paroles concernant les affaires de ce bas-monde à l’intérieur de la mosquée.

حكم الكلام في أمور الدنيا داخل المسجد

La louange est à Allah, que la prière, la paix et la bénédiction d’Allah soit sur Son Prophète, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

Ceci étant dit,

Il existe plusieurs avis des gens de science à ce sujet.

Le premier : La parole concernant les affaires de ce bas-monde dans la mosquée et qui ne contient pas de péché en soi est permise. C’est l’avis des Chaféites et des littéralistes (dhâhiriyyah). 

Le second : La parole concernant les affaires de ce bas-monde dans la mosquée et qui ne contient pas de péché en soi est détestable. C’est la doctrine des Malékites et des Hanbalites.

Le troisième : La parole concernant les affaires de ce bas-monde dans la mosquée et qui ne contient pas de péché en soi est interdite. C’est la doctrine des Hanafites, certains d’entre eux considèrent que l’interdiction est avérée lorsque l’on s’y assoit dans ce but, si cela se produit occasionnellement alors cela est détestable.

Ces divergences concernent les paroles qui ne conduisent pas à un mal, comme perturber les gens qui lisent, ceux qui prient ou qui sont en adoration. Si tel est le cas, je ne pense pas qu’il y ait divergence sur le caractère illicite de la chose, en effet le Prophète (r) a interdit d’élever la voix en récitant le Coran si cela nuit, comme dans le hadith de cAbd Allah Ibn cUmar (ب) où il rapporte que le Messager d’Allah (r) a dit :

 « Et n’élevez pas vos voix en lisant le Coran les uns au-dessus des autres durant la prière. »

Hadith rapporté par Ahmad (n°5326), mais aussi d’après Al-Bayâdî Farwah Ibn cAmr chez Ahmad (n°18543) et Mâlik (n°178). Cet interdit nous est parvenu par différentes voies, ce hadith étant authentique comme l’a évoqué Al-Hâfid Ibn Hajr et Al-cIrâqî.

Ce qui me semble juste parmi ces avis, est la permission de parler des affaires de ce bas-monde tant que cela est occasionnel et que les mosquées ne soient pas utilisées à cet effet ; et ce en se fondant sur un hadith rapporté par Muslim (n°670) d’après Jâbir Ibn Samurah (t) qui dit :

« Le Prophète (r) ne se levait pas de l’endroit où il avait prié le subh (prière de l’aube) jusqu’à ce que le soleil se lève. Une fois le soleil apparu, il se levait ; pendant ce temps les gens parlaient des affaires de la période antéislamique (jâhiliyyah) et en riaient, lui en souriait. »

Il existe des hadiths qui interdisent de prendre les mosquées comme lieux de discussions sur les affaires de ce bas-monde, comme ce qu’a rapporté At-Tabarânî dans son Mucjam (n°10452), d’après un hadith de cAbd Allah Ibn Mascûd (t) le Messager d’Allah (r) a dit :

 « Il y aura à la fin des temps des gens qui s’assiéront dans les mosquées en groupes, leur guide étant ce bas-monde, ne prenez pas part à leurs assises. Allah n’a nullement besoin d’eux. »

C’est un hadith faible (dacîf), il a dit dans Al-Hilal Al-Mutanâhiyah (1/410) : « Ce hadith n’est pas authentiquement rapporté du Messager d’Allah (r), celui qui est accusé de faiblesse est Bazîc. Ad-Dâraqutnî a dit : « Personne d’autre ne rapporte ce hadith et Bazîest délaissé. » Ibn Hibbân a dit de lui : « Il rapporte des choses forgées, d’après des gens de confiance (thiqât), comme s’il le faisait de manière délibérée. » Il a ajouté dans Mîzân Al-Ictidâl (2/16) : « Ibn cAdî a dit : il a de nombreuses choses réprouvées qu’il ne faut pas suivre. » Ce fameux Bazîc.est Abû Khalîl Al-Khassâf celui qui rapporte d’après Shaqîq Ibn Salamah, d’après Ibn Mascûd (t).

Votre frère

Khâlid Al-Muslih

06/01/1425 H

 

 

Комментарии (0)

×

Вы действительно хотите удалить элементы, которые вы посетили?

Да, удалить