Запрос формы Fatwa

Неправильная капча
×

Отправлено и будет дан ответ

×

Извините, вы не можете отправлять более одной фетвы в день.

La zakat / La zakat de la dette à échelonnement.

La zakat de la dette à échelonnement.

Дата публикации : 2014-04-03 | Просмотры : 2214
- Aa +

La zakat de la dette à échelonnement.

زكاة الدين المؤجل

La louange est à Allah, que la prière, la paix et la bénédiction d’Allah soit sur Son Prophète, ainsi que sur sa famille et ses Compagnons.

Ceci étant dit,

Il existe plusieurs avis auprès des gens de science au sujet de la dette à échelonnement, que la personne endettée règle en plusieurs fois :

Le premier :La zakat est obligatoirement acquittée de son argent disponible si la personne endettée est solvable. C’est la doctrine des Chaféites, une version rapportée d’Ahmad, c’est aussi l’avis d’Ishâq et d’Abû cUbayd. Cet avis est aussi rapporté comme étant celui de cUmar Ibn Al-Khattâb, de cUthmân, d’Ibn cUmar et de Jâbir(y)[1].

Le second :La zakat est obligatoirement acquittée comme si c’était de l’argent disponible si la personne endettée est solvable, avec la possibilité de retarder son versement jusqu’à percevoir [toute] la dette. C’est la doctrine des Hanafites[2] et d’Ahmad et c’est l’avis de Sufyân.

Le troisième :La zakat est obligatoirement acquittée mais une seule fois, lorsque la dette est remboursée, que la personne endettée soit solvable ou non. C’est la doctrine de Mâlik[3] et un avis d’Ahmad. C’est aussi l’avis d’Al-Hasan et de cUmar Ibn cAbd Al-cAzîz[4].

Le quatrième :Il n’y a pas du tout de zakat concernant la dette à échelonnement. C’est une version rapportée d’Ahmad qu’a choisi cheikh Al-Islam Ibn Taymiyyah. C’est l’avis de l’imam Ash-Shâficî[5] dans Al-Qadîm et de certains Chaféites[6], c’est aussi l’avis d’Ibn Hazm parmi les Littéralistes (Dhâhiriyyah). L’imam Al-Bayhaqî a dit dans son Sunan (4/150) :

« C’est ce qu’a rapporté Ibn Al-Mundhir comme étant l’avis d’Ibn cUmar et de cÂ’ishah, puis cAkramah et cAtâ’.

On remarque que dans cette question, les avis se fondent sur les différences entre les dettes, est-ce de l’argent mis de côté ou pas ?[7] Est-ce considéré comme de l’argent disponible ou pas ? [8]

Ceux qui sont d’avis que la zakat est obligatoire dans un tel cas ont argumenté leur avis par la portée générale des preuves indiquant l’obligation de la zakat sur les biens. Et la dette est un bien parmi d’autres, donc elle est concernée par la zakat. Ils ont aussi argumenté leur avis par certains récits rapportés de certains Compagnons concernant le caractère obligatoire de la zakat sur les dettes.

Il n’y a pas en réalité d’argument dans ces deux sources allant dans leur sens, en effet l’ensemble des preuves concernant l’obligation de la zakat sur les biens, vise des choses particulières qui ont été citées comme étant assujetties à la zakat. Mais il n’y a aucun texte concernant la zakat sur la dette vers lequel on peut se tourner. L’imam Ash-Shâficîa dit dans Al-Qadîm :

« Je ne connais pas de texte authentique concernant la zakat de la dette que l’on puisse prendre en considération et ne pas délaisser. Mon avis, et Allah est plus Savant, est qu’il n’y a pas de zakat sur la dette[9]. »

Quant à ce qui a été rapporté de certains Compagnons, il existe des paroles d’autres Compagnons en opposition à cela, qu’Allah les agrée tous. On ne peut donc pas utiliser cela comme argument, du fait qu’ils ont divergé entre eux sur ce point.

Quant à l’avis de ceux qui ont dit qu’il fallait sortir la zakat pour une seule année, c’est un avis étrange. Abû cUbayd a dit à ce sujet dans le chapitre des biens p 440 :

« Quant à la zakat d’une seule année, je ne lui vois pas de sens. »

Ibn cAbd Al-Barr quant à lui a dit à ce sujet dans Al-Istidhkâr (3/163) :

« Cette doctrine n’est pas très pertinente, et l’avis opposé est plus fort, qui est que celui qui prête de l’argent, s’il a la possibilité de le récupérer, alors cet argent est tel un dépôt dont on sort la zakat tous les ans. Car il l’a confié à une personne, mais peut le récupérer quand il le souhaite, c’est comme s’il avait laissé cette argent chez lui. Quant à celui qui ne peut pas récupérer cet argent prêté, les savants se sont exprimés sur ce sujet et la prudence est de mise, et c’est Allah qui permet de tomber juste, Il me suffit et quel bon garant. »

Ibn Rushd a dit dans Bidâyatu-l-Mujtahid :

« Quand à celui qui dit la zakat concernant ceci est celle d’une seule année écoulée, même si plusieurs années sont passées, je ne sais pas, à mon époque, sur quoi cet avis repose. »

Selon moi, l’avis prépondérant parmi tous ces avis, est qu’il n’y a pas de zakat sur la dette à échelonnement, ceci en se fondant sur l’exemption originale. Et Allah est le plus Savant.

Votre frère

Khâlid Al-Muslih

10/09/1424 H

 


[1]Ikhtilâf Al-cUlamâ’(1/112), Abû Hanîfah ne faisant pas de distinction concernant la zakat, entre la dette classique et celle à échelonnement.

[2]MukhtasarIkhtilâf Al-cUlamâ’(1/434), Hâshiyah Rad Al-Mukhtâr (2/307).

[3]Al-Istidhkâr(9/96). Mâlik ne faisant pas de distinction concernant la zakat, entre la dette classique et celle à échelonnement.

[4]Al-Istidhkâr(9/96).

[5]Macrifatu-s-Sunan wa-l-‘Âthâr(6/154).

[6]Al-MajmûcSharh Al-Mahdhab(5/509).

[7]Tarîqatu-l-Khilâfd’Al-Asamandî p. 15-16.

[8]Bidâyatu-l-Mujtahid(1/273).

[9]Macrifatu-s-Sunan wa-l-‘Âthâr(6/154).

Комментарии (0)

×

Вы действительно хотите удалить элементы, которые вы посетили?

Да, удалить